Cette troisième journée a été dédiée à une promenade dans Tokyo, menée par un photographe Français installé à Yokohama, David (dont le site lejapon.fr vaut vraiment le détour). Il a d'ailleurs lui aussi posté quelques images de notre journée, que je vous invite à aller voir.

David est quelqu'un de vraiment extra, sympa et dynamique, il donne vraiment envie de le suivre dans ce Tokyo qu'on découvre à chaque coin de rue, plein d'histoires et d'anecdotes qu'il distille savamment au fil du parcours. J'ai vraiment adoré cette journée !
Seuls mes pieds n'ont pas partagé cet avis.

Bon, trêve de bavardage, commençons !
Nous nous sommes tous retrouvés à 9h du matin à la station Shinagawa de la Yamanote line. Honte à moi, je ne vous ai pas encore parlé des métros japonais, n'est-ce pas ? La Yamanote Line est très connue car c'est une ligne circulaire qui cercle le centre de Tokyo, et qui a pour particularité d'avoir une petite mélodie dédiée à chaque station (avec un compositeur officiel et tout et tout), ainsi qu'une chanson listant les stations de la Yamanote Line.

 

Je loge près de la station Ôtsuka au nord. Petit défi : pourrez-vous entendre les stations Ôtsuka, Ikebukuro, Shinagawa et Akihabara dans la chanson ? (elles sont dans cet ordre dans la chanson, mais pas consécutives)
Il y a bien entendu beaucoup d'autres lignes de métro à Tokyo, mais aucune autre n'a droit à un tel traitement de faveur.

Nous avions donc rendez-vous à Shinagawa, courageux groupe d'aventuriers en quête du graal tokyoïte, entourant notre guide (celui à la casquette blanche).

P1020118

Et nous nous sommes engagés sur la route d'Edo, prêts à braver courageusement les 800km qui nous mèneraient de Tokyo à Kyoto, l'ancienne capitale, sur les pas des anciens voyageurs...
J'ai dit 800 ? Bon, mettons 15 ou 20, ça ira bien déjà !

L'ancienne route d'Edo n'existe plus qu'en partie, car elle a été supprimée dans sa majorité, rasée au profit de nouvelles constructions et routes. Il s'agit de la route traditionnellement empruntée par les voyageurs qui se rendaient de l'ancienne à la nouvelle capitale, une route jonchée de temples et de souvenirs, de vieilles maisons et d'anciennes boutiques, témoignages d'un temps qui n'existe plus tout à fait. En ce temps-là, les temples servaient d'étapes et d'auberges aux voyageurs, hébergeant gratuitement ceux-ci pour les prémunir des dangers de la route. Lorsqu'il n'y eu plus assez de temples pour la masse de voyageurs, ou que les distances entre les temples étaient trop grandes, on instaura un nouveau type d'auberges non religieuses : les Ryokan. C'est ainsi que sont nées ces auberges traditionelles japonaises.

P1020123

P1020125

P1020131

P1020132

P1020134

David en a profité pour nous donner des conseils de photos, de perspectives, de lignes de fuite et de lumière que j'ai aussitôt tenté de mettre en pratique.

P1020137

P1020138

P1020141

P1020142

P1020143
Une fontaine de fortune : si on y mouille des pièces, elles se multiplient, selon la légende. Pareil pour les billets, sauf que personne n'a pris le risque de le voir plutôt se disloquer :p

P1020144
Le dieu de la fortune et du commerce. Il a la pêche ! (hahaha)

P1020145

P1020146
Le pont des Kappas.

P1020149
Ce sanctuaire possède une particularité amusante : les japonais n'ont pas le droit de fumer en extérieur, sauf dans certains endroit dédiés... dont un qui se trouve dans la cour de ce temple ! Ce temple est donc un refuge pour fumeur, ce que j'ai trouvé particulièrement ironique. Pas vous ?

Nous avons ensuite quitté la route d'Edo pour rejoindre le Rainbow Bridge. Cet énorme pont qui surplombe la baie de Tokyo est très connu pour la prouesse technique et architecturale qu'il représente. Sauf qu'il était fermé (les bâtiments publics sont généralement fermés le lundi, mais lundi était un jour férié, donc ils étaient ouverts et se sont rattrapés mardi). Nous avons donc visité les alentours. Attention : changement d'ambiance !

P1020151

P1020152
Un rayon comme un autre dans un magasin quelconque ... Le nirvana des bento-addicts :D

P1020155

P1020157

P1020158

Nous sommes ensuite retournés en ville pour grimper au 46ieme étage d'une tour de verre, avec ascenceur en verre et vision vertigineuse de la montée et de la descente. Âmes sensibles s'abstenir :p

P1020162
La fameuse horloge conçue par le célèbre artiste Miyasaki, le papa de presque tous les chefs d'oeuvres de Ghibli. Elle s'anime pendant 10 minutes cinq fois par jour (j'essaierai de le filmer).

P1020163
La tour où nous sommes montés

P1020168
L'un des plus beaux parcs de Tokyo, près de Ginza (je crois) et du marché aux poissons de Tsukiji

P1020170

P1020171

P1020174
Une sculpture en forme de carapace de tortue, dans une cour au pied de l'immeuble.

L'altitude, ça creuse. Il était donc temps d'aller se restaurer ! Et pas n'importe où, je vous prie : nous avons mangé dans un restaurant où d'autres augustes estomacs sont venus festoyer. Brad Pitt par exemple ! Je vous jure, y avait même la photo (mais je ne l'ai pas photographiée).
Au menu : Monjayaki (sorte de crêpe géante aux fruits de mer et aux légumes) et okonomiyaki (sorte d'omelette costaude avec les mêmes bases, mais parsemée de sauce, mayonnaise et copeaux de bonite sêchée qui "dansent" sous la chaleur)

P1020180

P1020184
Chacun racle un petit peu de la crêpe et le ramène à soi sur la plaque pour achever la cuisson au fur et à mesure. C'était très bon et assez surprenant, et très convivial aussi.

P1020190

P1020191

Pour le dessert, nous avons eu droit à une douceur made in Japan : une brioche nommée Melon Pan ("mérone panne"), qui n'a du melon que la ressemblance visuelle. C'est une belle grosse brioche (elle tient au creux des deux mains), surmontée d'une croute quadrillée de sucre cristalisé. Un délice !

P1020193
Cette douceur possède même sa propre chanson, que nous avons pu entendre en patientant devant l'échoppe.

Bien, l'étape de ravitaillement étant effectuée avec succès, nous sommes partis découvrir un autre vieux quartier de Tokyo : l'ancienne baie où étaient venus s'installer les pêcheurs d'Ôsaka, appelés pour transmettre leur savoir faire de la pêche et de la mer aux habitants de la nouvelle capitale.

P1020194

P1020198

P1020200
L'échoppe de l'artisant qui a fait les baguettes de Lady Gaga (véridique on a même vu la photo de Lady Gaga et ses baguettes :D)

P1020202

P1020204
La fameuse bouteille de limonade a bille, que tous les fans d'animes auront au moins vu une fois dans une série, et qui requiert une astuce toute particulière pour l'ouvrir puis pour la boire. J'adore :p

Notre visite nous a amenée vers des coins atypiques et reculés où nous avons pu admirer quelques jolies trouvailles avant de rejoindre le bazar d'Ueno (bazar, c'est vraiment le mot, surtout quand les marchands de poisson, de jean et de parfums se cotoient à quelques mètres les uns des autres ^^)

 P1020208
Un sanctuaire portatif,richement décoré, destiné à permettre à la divinité de bénir tout le quartier dans lequel elle est baladée lors des festivals organisés à cet effet.

P1020209
Un arbre gigantesque a résisté aux catastrophes naturelles qui ont frappé Tokyo : les Tokyoïtes lui ont dédié ce temple, construit autour de son énorme tronc.

P1020210
L'accessoire le plus indispensable de votre vie : le simulateur de papier à bulles :D Ce n'est pas une blague !

P1020211
Le bazar d'Ueno, peuplé, vivant, bruyant, multicolore, crépitant, stimulant !

P1020213
Le même endroit mais vu cette fois depuis la pointe photographiée précédemment.

Et c'est là que mon appareil photo m'a abandonnée, la batterie (qui clignotait depuis 10h, soit une heure après le début de la visite) a rendu l'âme à 16h30, soit une heure et demi avant la fin de la visite. Vous n'aurez donc pas d'images de ma première visite au quartier d'Akihabara, le quartier électronique blindé de salles de jeu, de maid-café (des cafés où les serveuses ont déguisées en soubrettes ou autres), de magasins de jeux vidéos, de mangas, etc etc etc !
Vous n'aurez pas non plus les photos de mon passage (douloureux, car mes pieds rendaient l'âme eux aussi) au quartier de Nippori, où se trouve le plus grand cimetière de Tokyo, leur équivalent du Père Lachaise, où sont enterrés des membres de la famille Tokugawa (famille de l'empereur) et quelques célébrités...

La bonne nouvelle, c'est que je retournerai dans ces deux quartiers (Akihabara, dit Akiba, et Nippori), donc vous aurez des photos quand même !

Je garde de cette journée magique un sentiment d'émerveillement, et des ampoules aux pieds.

Sur ce, matta ne *!
(*a la prochaine)